Painting by Cheri Samba

Lokuta eyaka na ascenseur, kasi vérité eyei na escalier mpe ekomi. Lies come up in the elevator; the truth takes the stairs but gets here eventually. - Koffi Olomide

Ésthetique eboma vélo. Aesthetics will kill a bicycle. - Felix Wazekwa

Wednesday, September 30, 2015

Playing for Time and Ultimate Power in Kabila’s Congo

This article was written for Foreign Policy and can be found here

On Sept. 15, a crowd of several thousand rallied in Kinshasa, the capital of the Democratic Republic of the Congo. Organized by opposition parties, the demonstration was protesting what it perceived as President Joseph Kabila’s attempts to postpone the country’s 2016 presidential elections. Albeit small and hardly a threat to Kabila, the protests rankled his increasingly skittish government. Eventually, a band of thugs — reportedly sent by the government — broke up the protests, resulting in a bloodyclash with opposition supporters. This was no isolated instance: In January, government forces brutally repressed opposition demonstrations. Authorities have also arrested prominent youth activists and oppositions leaders over the past year.

The stakes of Congo’s upcoming elections are high. The country’s constitution bars Kabila, who has ruled the country since 2001, from running for a third five-year term. If he stands down in December 2016 at the conclusion of his current term, it would mark the first peaceful transfer of executive power the country has seen in decades. Under his rule, the Congolese economy has quadrupled in size, and the country has largely emerged from a civil war (low-grade violence still affects millions in the east). Senior officials, include some close to the president, have also made a fortune thanks to the privatization of the mining sector.

But the Congolese are bracing themselves for more unrest, as Kabila’s onetime allies break with him and the streets of Kinshasa and other major urban areas grow increasingly restless. Whether or not full-on turmoil breaks out rests largely on the president’s decision about his own political future. And so far, Kabila seems eager to extend that future, indefinitely.

As a prerequisite for the November 2016 presidential election, Kabila’s government has insisted on first holding local elections to select mayors, local councilors, and administrators. But these elections, slated for Oct. 25, will be the most complex the country has ever attempted, with some 8,000 seats up for grabs. Election officials agree, in private, that it will be impossible to hold the polls this year due to their logistical complexity, cost — up to $1.1 billion — and a basic lack of resources. Kabila, however, seems intent on forging ahead. On Aug. 26, he signed a law allocating seats for the upcoming local elections, meaning that the government is determined to proceed with risky polls that have a high likelihood of failure. If they do fail, presidential elections will likely be delayed.
This fits with what Congo-watchers refer to as Kabila’s strategy of glissement, French for slippage: creating a plethora of administrative and political imbroglios requiring precious time and resources to resolve. These imbroglios include the election scheduling issue, as well as the administering of a national census, which has been shelved for the moment. Another part of glissement is découpage, or cutting up: the creation of at least 26 provinces to replace the current 11. While the 2006 constitutioncalled for this change, it was not until last year that Kabila began to treat this as a priority, leaving many to question his timing. Regardless of the rationale behind the process, it will undoubtedly drain further resources from the state budget and further delay the electoral process. Such is glissement.

If Kabila insists on staying on, it will almost certainly stir trouble, both within Congo’s fractious political elite and on Kinshasa’s unpredictable streets. On Sept. 14, seven political parties, all members of the ruling coalition, wrote to the president, denouncing his “unstated intention not to respect the constitution” and suggesting that this was “a suicidal strategy.” The same day, all seven signatories, including the national security advisor, the minister of planning, and the vice president of the national assembly, were promptly fired. According to officials close to this Group of Seven, as these dissidents are now known, they are backed by Moise Katumbi, governor of the mining-rich southern province of Katanga. Katumbi, who has been employing a lobbying firm in Washington, D.C., to promote his presidential ambitions, has deep pockets and is well-connected among the foreign business community. On Sept. 29, Katumbi officially resigned from Kabila’s party, the People’s Party for Reconstruction and Democracy, a probable precursor to launching his own campaign.

Alongside this political fracturing, Kabila also must manage the mercurial tempers of Kinshasa’s 12 million people, most of whom are desperately poor. Predicting an impending Congolese Spring is a common pastime, but until recently there were few signs of sustained popular mobilization. While the opposition managed to draw hundreds of thousands of people to the streets in the run-up to the last presidential polls in 2011 — an election widely believed to have been rigged in Kabila’s favor — government forces quickly and brutally suppressed unrest.

This time might be different. Under the leadership of Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, the Catholic Church — one of the largest providers of social services in Congo — has grown increasingly critical of Kabila. In private, senior church officials have told me that they would back popular protests if Kabila tries to hang onto power; the church itself, however, is internally divided over the extent to which it should be involved in politics.

Kabila is preparing himself for the storm to come. In an effort to divide his opponents and placate the streets, he has courted the main opposition party, the Union for Democracy and Social Progress (UDPS), led by the octogenarian Étienne Tshisekedi. Representatives from both sides held secretive talks in Venice and Ibiza in recent months, discussing the contours of a potential national dialogue to resolve the dispute over the sequence of elections. The voter register is also contentious, as up to 8 million Congolese who have reached voting age since the last elections do not yet appear on the official rolls — although, according to foreign diplomats, hundreds of thousands of dead people do. On Sept. 13, however, the UDPS announced that talks had broken down. Its leaders claimed that the government was attempting to co-opt the UDPS into a national unity government in order to postpone the presidential elections indefinitely.

Kabila also finds his international support waning. Congo still benefits from the world’s largest peacekeeping mission — around 20,000 blue helmets are deployed there currently, costing $1.3 billion a year — and a fair share of its budget is funded by foreign donors. Nonetheless, U.S. criticism of Kabila has grown increasingly strident. During his tenure as the Obama administration’s special envoy for Africa’s Great Lakes region, Sen. Russ Feingold called for Kabila to step down at the end of his term on several occasions. His Belgian, French, and British counterparts support this stance but have been less outspoken.

But Kabila may be able to pivot away from Western support. Donor contributions to Congo have declined in recent years, going from 42 percent of the country’s budget in 2010 to 19 percent in 2015, as mineral production has increased dramatically. As of last year, Congo is now Africa’s largest copper and cobalt producer, though therecent commodity slump has dampened its ambitions somewhat. Still, though global giants like Glencore have begun shutting down some mines, they have sunk so much money into Congo that they are committed to toughing it out.

As Congo has tried to wean itself off foreign donors, Kabila has asked for a scaling down of the U.N. peacekeeping mission, claiming that violence has decreased and the state security forces have improved, and is looking increasingly toward China for support. While the $6 billion infrastructure-for-minerals deal concluded between the countries in 2007 has been slow to reap dividends for both sides, Kabila’s trip to Beijing in August and the recent sale of lucrative mining concessions in Katanga to two Chinese companies — Zijin Mining Group and Huayou Cobalt — confirm this eastward turn.

Critically, it appears that Kabila can still count on support from influential neighbors on the continent, in particular Angola, which shares (somewhat unequally, according to many Congolese) large offshore oil fields with Congo, and South Africa, whose companies have invested $865 million in Congo since 2006.

In the end, Kabila’s plans are still unclear. He may still try to launch a frontal attack on the constitution to change term limits, and on Sept. 22 members of his coalition submitted a law preparing for a constitutional referendum. Playing for time, however, is a risky strategy, and Kabila has often spoken, in public and private, about not wanting to end up like two of his heroes — his father, Laurent Kabila, and Congo’s first prime minister, Patrice Lumumba, both of whom were assassinated in office. The current view from the presidential palace cannot be comforting: The Congolese security forces are riven with internal divisions and patronage networks while the combination of a divided elite, an incensed population, and foreign opprobrium signals troubled waters ahead.

Monday, September 21, 2015

Kash sur la réduction de la peine pour Colonel Mukalayi dans l'assasinat de Floribert Chebeya

Kash sur la réunion de la Majorité Présidentielle

Podcast: Michael Kavanagh on the Congolese economy, the elections, and Chinese mining deals

Saturday, September 19, 2015

Kash on Kongo: La cours constitutionnelle

Guest blog: Quelques commentaires sur l’arrêt de la cour constitutionnelle sur les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs

L'auteur, Marcel Wetsh'okonda, est avocat et chercheur indépendant basé à Kinshasa. 

Les cours constitutionnelles jouent un rôle de plus en plus important dans la régulation des élections dans un nombre croissant des pays africains francophones. Qu’il soit perçu comme positif, comme c’est généralement le cas au Benin, ou plutôt négatif comme au Sénégal en 2012 ou au Burundi plus récemment, ce rôle fait des cours constitutionnelles des acteurs de plus en plus importants de régulation de la vie démocratique. La cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC) vient de rendre une décision qui semble indiquer la détermination des juges de placer cette institution dans la catégorie des juridictions constitutionnelles « positives » qui se voient avant tout comme une autorité de régulation de la vie politique chargée de veiller au fonctionnement normal des institutions.

Installée le 4 avril 2015, la cour constitutionnelle de la RDC a déjà prononcé près d’une dizaine de décisions en dix mois. Ceci constitue déjà une performance en soi si on considère que la Cour correspondante dans un pays comme le Sénégal  rend en moyenne sept décisions par mois. Aucune de ces décisions ne peut, cependant, présenter autant d’intérêt que celle prononcée le 8 septembre 2015, à la requête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’opinion ne s’y est pas trompée. Ainsi, sans avoir pris connaissance des termes de la requête de la CENI, le juriste et commentateur Marcel Yabili avait-il mis la cour en garde contre le danger qui la guettait, celui de se brûler. Abondant dans le même sens, dans une réflexion publiée dans les colonnes  du quotidien Le Potentiel paraissant à Kinshasa, le député Christophe Lutundula Apala qui a acquis une solide réputation parmi les juristes constitutionnels soutenait qu’à travers la même requête, la cour était soumise à un  test  assez  difficile : soit elle en sortait grandie, soit elle allait y perdait sa crédibilité. Il me semble que par sa décision du 8 septembre la cour a fait un pas dans la direction de plus de grandeur et de crédibilité.

Deux questions étaient soumises à la cour. Par la première question, la CENI demandait à la cour  d’interpréter l’article 10 de la loi déterminant les modalités d’installation des 21 nouvelles provinces et l’article 168 de la loi électorale pour déterminer le délai d’organisation des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces. La seconde question sollicitait l’avis de la cour sur la suite du processus électoral au regard du dépassement du délai d’organisation des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces.

Sur le premier point, la cour a soutenu qu’il ne lui appartenait pas à elle d’interpréter les lois mais la constitution. Cette position ne peut qu’être approuvée. S’inscrivant dans la droite ligne de l’arrêt de la cour suprême de justice (CSJ) du 3 janvier 2007, elle a le mérite de clore, définitivement, la controverse suscitée par un avis de la même cour du 20 janvier 2004. Dans ce dernier arrêt, la section de législation de la CSJ s’était arrogée le pouvoir d’interpréter la constitution de la transition, plus précisément ses articles 76 et 94, alinéa 2, relatifs à l’étendue des pouvoirs du Président de la République pour nommer les animateurs des services de sécurité civile et de protection civile. Cette position jurisprudentielle a mis aux prises ceux qui soutenaient l’interprétation de la chambre de législation de la cour et ceux qui l’accusaient d’avoir empiété sur les attributions des sections réunies. Trois ans plus tard, c’est à ces derniers que la cour donnera raison en confirmant que l’interprétation de la constitution relevait de la compétence de ses  sections réunies qui faisant alors office de cour constitutionnelle et non de sa chambre de législation.

Sur le second point, bien qu’aucune disposition de la constitution ou des  lois pertinentes ne consacre sa compétence  en la matière, la cour a estimé qu’elle était en droit d’émettre son  avis sur les questions politiques, en particulier celles liées au processus électoral, lorsque les procédures politiques normales dont ces questions relèvent paraissent incapables de les résoudre et qu’aucune autre juridiction ne peut le faire. La cour a estimé que cette compétence découlait « de son pouvoir de régulation de la vie politique, du fonctionnement des institutions et de l'activité des pouvoirs publics ». Même lorsqu’elle émet de tels avis, a-t-elle poursuivi, la cour décide non pas par voie d’ « avis », mais par voie d’ « arrêts ». La nuance est plus que sémantique : contrairement aux avis, les arrêts « ne sont susceptibles d'aucun recours et sont immédiatement exécutoires », comme la cour a tenu à le rappeler.

Il faut s’attendre à ce que cette position jurisprudentielle provoque une controverse animée entre les partisans d’une interprétation maximaliste des compétences de la cour et ceux qui s’en tiennent plutôt à une interprétation minimaliste. Une situation similaire a été observée notamment  à la suite du prononcé, par la CSJ faisant office de cour constitutionnelle, de son arrêt du 1er septembre 2006 relatif à la prorogation du délai du second tour de l’élection présidentielle de 2006. Avant d’y revenir, avec force détails, dans une étude plus élaborée, il nous suffira de relever que la cour constitutionnelle s’est ici démarquée du conseil constitutionnel sénégalais,  en faisant preuve d’une audace remarquable là où celui-ci est critiqué sévèrement par une partie de l’opinion pour ce qu’ elle décrit comme une "certaine pusillanimité" ou une "pusillanimité certaine".

La jeune cour constitutionnelle congolaise a considéré que le défaut d’installation  des bureaux définitifs des assemblées desdites provinces et l’indisponibilité d’un budget conséquent ont constitué un cas de force majeure qui a empêché la CENI d’organiser les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces dans le délai légal.  D’après la cour, la CENI est donc exemptée de toute faute et peut ainsi organiser ces élections à une autre date à déterminer à la suite de la réévaluation, en toute indépendance et impartialité, du processus électoral.

L’argument de la cour semble un peu tiré par les cheveux. Trois caractéristiques doivent être attachées à un évènement pour qu’il constitue un cas de force majeure. L’évènement doit être à la fois imprévisible, irrésistible et insurmontable. Dans le cas d’espèce, la cour n’a pas évoqué le caractère imprévisible des faits constitutifs de la force majeure. De même, elle ne semble pas avoir suffisamment démontré leurs  caractères " irrésistible et insurmontable". Sous réserve de ces faiblesses, il est heureux de constater que la cour soit allée plus loin que la CSJ dans son avis RL 013 du 27 avril 2006 dans lequel aucun de ces caractères n’avait été évoqué ni ne pouvait être démontré. Toutefois, à l’avenir, il serait souhaitable que la motivation de la cour soit plus étoffée de manière à démontrer que la force majeure résulte de faits qui sont vraiment, et à la fois, imprévisibles et irrésistibles. Ce qui aurait l’avantage, non seulement de ne pas prêter le flanc à la critique, mais aussi et surtout, de faire preuve de pédagogie dans un contexte où la culture du constitutionnalisme est encore en construction.

Ainsi la Cour s’est reconnue le droit d’émettre son « avis » sur les questions constitutionnelles liées au calendrier électoral et elle a adjugé la force majeure en renvoyant   la CENI à sa copie sans, cependant, lui fixer de délai butoir pour s’exécuter.

Enfin, en attendant l’organisation des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces, la cour a ordonné au Gouvernement de prendre les « mesures exceptionnelles » qui s’imposent en vue d’assurer l’administration de celles-ci. On peut se demander s’il n’y a pas ici un nouveau nid à contentieux. Des gens peu informés pourraient croire qu’en application de l’arrêt, le Président de la République et/ou le gouvernement sont autorisés à prendre des mesures inconstitutionnelles, par exemple, en nommant des Gouverneurs et vice-gouverneurs ad intérim. Cette interprétation semble avoir été écartée par la cour elle-même : non seulement elle a tenu à affirmer « le caractère irréversible du processus d'élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces concernées » mais dans son entendement, les mesures exceptionnelles dont il est question devraient être décrétées dans le seul but de « faire régner l'ordre public, la sécurité et assurer la régularité, ainsi que la continuité des services publics dans les provinces concernées ». Ces mesures exceptionnelles ne sont donc pas destinées à remplacer l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs puisque, toujours d’après la cour, elles doivent être prises « en attendant l'élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs, ainsi que l'installation des gouvernements provinciaux issus des élections prévues par l'article 168 de la loi électorale.»

Une dernière observation mérite d’être faite. Dans son avis, le Procureur général près la cour a soutenu que la décision de la CENI portant calendrier électoral est inconstitutionnelle en ce qu’elle ne prévoit pas l’enrôlement des nouveaux majeurs, ce qui revient à leur priver l’exercice de leurs droits civiques. Curieusement, cet argument  ne semble pas avoir été rencontré par la cour. En cela, son arrêt ne manquera pas d’être accusé de manquer de motivation ou de motivation insuffisante, ce qui, en droit, revient au même. Allant encore plus loin, d’aucuns se demanderont si, entre le droit constitutionnel de  vote et le fonctionnement régulier  des institutions de l’Etat, la cour n’a pas choisi celle-ci, au détriment de celui-là. Seuls les arrêts ultérieurs de la haute cour permettront de répondre à cette interrogation.

En guise de conclusion, il y a lieu de noter que cet arrêt sur les élections constituera une référence incontournable dans l’histoire de la jeune cour constitutionnelle congolaise. On l’approuvera sur tel ou tel autre point, on déplorera sa position sur telle question ou telle autre question de droit. Mais on ne pourra rester indifférent à son égard.

L’incompétence de la cour constitutionnelle en matière d’interprétation des lois, son audace jurisprudentielle consistant à reconnaître sa compétence consultative et le fait que dans l’exercice de cette compétence comme dans celui de sa compétence contentieuse, elle se prononce toujours par voie d’arrêt, sans oublier le rappel de quelques caractères des faits constitutifs de la force majeure, ne manqueront pas d’être salués, tout au moins par une partie de la doctrine.

En revanche, le manque de fondement explicite de sa compétence consultative, l’omission du caractère imprévisible des faits  constitutifs de la force majeure et surtout le manque de motivation suffisante de celle-ci autant que la méconnaissance du moyen du Procureur général du parquet près la cour  relatif à l’inconstitutionnalité de la décision de la CENI portant calendrier électoral seront, à coup sûr,  stigmatisés par une autre. Il en va de même de l’imprécision qui entoure les mesures exceptionnelles attendues du gouvernement pour assurer la gestion de nouvelles provinces en attendant les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de  nouvelles provinces.
Ainsi se consolide la démocratie constitutionnelle.

Jean Kenge: Où va la RD Congo ?

C’est un véritable séisme qui vient de secouer la scène politique en République Démocratique du Congo à la suite de deux événements majeurs survenus en fin de semaine dernière et au début de celle-ci. Il s’agit d’abord du communiqué rendu public dimanche 13 septembre par le président national de l’Udps. Communiqué dans lequel Etienne Tshisekedi prend «acte de l’échec des entretiens de Venise et d’Ibiza, ayant mis aux prises ses représentants et ceux du camp Kabila». Avant de «demander à ses délégués de se retirer, dès cet instant, de la table des négociations». 

Il y a, ensuite, la lettre ouverte datée du lundi 14 septembre, qu’un groupe de sept partis politiques appartenant à la majorité présidentielle vient d’adresser à Joseph Kabila. Dans cette lettre, les auteurs, organisés dans une structure communément appelée G7 – en référence au nombre de partis politiques qui la composent - prônent à la fois le respect de la constitution en ce qui concerne la limitation des mandats présidentiels, l’alternance politique et l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles. 

 «Les Congolais ne veulent pas d’un retour à la dictature. Nous ne voulons pas vivre la situation du Burkina Faso. Nous ne voulons pas de troubles. Préparons l’alternance dans la tranquillité, dans le calme pour connaître des élections apaisées et honnêtes», a martelé Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Unafec et l’un des ténors du G7, dans une interview accordée à Radio Okapi. 

Globalement, les auteurs de la lettre n’ont pas porté des gants pour mettre le doigt dans la plaie : «Il semble fondamental de garantir le respect absolu de la constitution ». Ils ont, dans la foulée, lancé à Joseph Kabila un appel pathétique à prendre « des initiatives courageuses » afin d’éviter au pays «une crise politique aux conséquences imprévisibles». La lettre adressée au chef de l’Etat est signée par Yves Mobando Yogo (Mouvement Social pour le Renouveau), Olivier Kamitatu (Alliance pour le Renouveau du Congo, José Endundo (Parti Démocrate-Chrétien), Banza Maloba (Avenir du Congo), Gabriel Kyungu wa Kumwanza (Union Nationale des Fédéralistes du Congo), Charles Mwando Nsimba (Union Nationale des Démocrates Fédéralistes), Christophe Lutundula (Alliance des Démocrates pour le Progrès). 

C’est donc un véritable tourbillon qui souffle sur la scène politique congolaise. Si, d’un côté, la publication de la lettre des frondeurs de la majorité a fait l’effet d’une petite bombe, de l’autre côté, le communiqué de rupture des contacts avec la majorité rendu public par Etienne Tshisekedi n’a toujours pas cessé de provoquer des vagues, particulièrement dans un contexte où d’autres franges de l’opposition organisaient, mardi 15 septembre sur la Place Ste Thérèse à Ndjili, leur démonstration de force dans le cadre du front du refus du dialogue. 

Une démonstration qui a connu un succès apparent. D’abord par la mobilisation considérable, un jour ouvrable, qui a caractérisé cette manifestation, signe de l’intérêt que manifeste la population aux appels de l’opposition. Ensuite l’intrusion des perturbateurs généralement proches de la majorité, avec coups et blessures. Une intrusion qui constitue à la fois une signature, dans la mesure où ce sont des délinquants estampillés proches du PPRD qui ont troublé le meeting de l’opposition, mais aussi l’aveu que si troubles il y a ce serait effectivement du fait d’un pouvoir qui entend s’imposer par la force, et que pour cet exercice il serait déjà en train de rôder sa machine de répression. 

 Deux signaux émis mercredi 16 septembre par la majorité sont venus confirmer ce message. Le premier est l’appel lancé par le PPRD au chef de l’Etat afin qu’il se base sur les conclusions à la fois des consultations du mois de juin et des contacts avec les délégués de l’Udps pour lancer définitivement le train du dialogue. Envers et contre tout ? Le deuxième signal, c’est l’exclusion des membres du G7 de la majorité, sur décision du bureau politique de la famille politique du chef de l’Etat réuni mardi 15 septembre. L’un comme l’autre, ces signaux ne peuvent être interprétés que comme l’expression de la volonté du pouvoir d’imposer son propre schéma, au risque de radicaliser les positions de tous les acteurs de la vie politique congolaise. 

Question alors : que va-t-il arriver aux Congolais, que leur préparent leurs leaders politiques ? 

L’Udps a eu une chance en n’ayant pas franchi la ligne rouge qui aurait conduit le parti d’Etienne Tshisekedi à tourner le dos à son combat d’une quarantaine d’années, à divorcer de ses militants qui se seraient violemment entredéchirés avant de se chercher des leaders de substitution. Dans l’opposition où on apprécie le retour au bercail de l’Udps, certaines voix estiment cependant que le seul communiqué du 13 septembre ne suffit pas pour l’exonérer. On attend par contre du parti d’Etienne Tshisekedi qu’il reconnaisse le tort de la fausse analyse qui l’a conduit à croire à la bonne foi du pouvoir. Toutefois, on continue à entendre au sein de l’Udps un «glissement» sémantique entre rupture et suspension des contacts, selon que l’on passe d’un interlocuteur à l’autre, ce qui ne peut qu’être porteur de confusion et d’incertitude. 

 Autre inconnue de taille : quelle sera l’attitude et donc la démarche globale de l’opposition dans les jours et les semaines à venir ? Le meeting de la Place Ste Thérèse a certes été un succès, mais ce succès sera-t-il garanti sans l’Udps, dont quelques factions mécontentes ont été aperçues lors du rassemblement de Ndjili ? En d’autres termes, l’opposition est-elle en mesure de se doter d’une charte définissant les droits et les devoirs de ses membres face à la question de la fin du mandat de Joseph Kabila et à l’impératif de faire respecter la constitution ? Alors que l’Udps a semblé résister, d’autres forces politiques et sociales visibles le 15 septembre à Ndjili ne seront-elles pas tentées par les sirènes du partage du pouvoir qui déboucherait sur une nouvelle transition et une modification de la constitution ? 

 En principe, ces objectifs devraient amener l’opposition à accueillir l’Udps qui reste, tout de même, la principale force politique de l’opposition, au sein de la Dynamique pour des Actions Communes, quand bien même la définition des objectifs communs ne suffira pas si elle n’est pas assortie d’une stratégie cohérente afin d’éviter le piège de la division qui lui sera tendu avec l’attrait des postes ministériels. Mais aussi et surtout pour proposer une alternative réellement crédible au refus du dialogue – si elle existe - ainsi que des garanties sérieuses, quel que soit le cas de figure, que l’opposition ne se retrouvera pas toujours l’éternel dindon de la farce congolaise. 

 Enfin, tout porte à croire, à ce stade, que le pouvoir sort globalement affaibli des derniers événements, avec tous les risques des réactions disproportionnées d’énervement. La rupture des contacts avec l’Udps lui a fait perdre la caution dont il avait besoin pour, d’abord, justifier le glissement, ensuite concocter la révision constitutionnelle derrière laquelle il ne cesse de courir depuis des mois. Une démarche maladroite qui avait parié sur la maladie d’Etienne Tshisekedi, au point de laisser croire que les affaires de l’Udps étaient désormais gérées par la famille biologique du leader de ce parti, son fils en tête. Le retour présumé de santé d’Etienne Tshisekedi ne pourrait pas seulement permettre la reprise en mains de l’Udps par ce dernier. Elle pourrait inéluctablement conduire, après l’échec des contacts de Venise et d’Ibiza, à la montée en puissance de la ligne dure ainsi qu’à l’organisation d’un congrès où émergera un nouveau leadership. 

 Alors que les éléments d’une radicalisation et d’une confrontation majeure sont en train de se mettre lentement mais sûrement en place, personne n’est en mesure de dire où va la RD Congo. En réalité, la RDC se trouve à l’un de ces tournants de l’histoire où le destin des peuples et des nations hésite avant de basculer…